VisioRIS spéciale remplaçants vendredi 4 février à 17h30

VisioRIS spéciale remplaçants vendredi 4 février à 17h30

L’Inspecteur d’Académie a réuni ce soir les syndicats du 1er degré et ceux des administratifs pour présenter « une réorganisation des services »….  Ce que craignait le SNUDI-FO s’est révélé exact : les remplaçants ZIL sont menacés … et  les remplacements courts avec ! Subissant les suppressions de postes massives ces dernières années, les services administratifs vont…

Expérimentation de restructuration de la gestion du remplacement à la DSDEN 37 : le SNUDI-FO écrit aux organisations syndicales du CTSD (FSU, UNSA et CGT)

Expérimentation  de restructuration de la gestion du remplacement à la DSDEN 37 : le  SNUDI-FO écrit aux organisations syndicales du CTSD (FSU, UNSA et CGT)

Chers collègues, Lors de la réunion de l’IA-DASEN hier soir concernant la réorganisation des services, celui-ci a annoncé un bouleversement inquiétant de la gestion du remplacement avec un impact pour de nombreux remplaçants dès la rentrée 2022mais également sur tous les personnels. Comme nous l’avons expliqué hier, cette réforme est à mettre en lien avec…

Manque de remplaçants : le ministre fait le choix du chaos !

Manque de remplaçants : le ministre fait le choix du chaos !

Dans sa lettre ouverte au ministre Blanquer le 8 décembre, le SNUDI-FO indiquait « La situation devient intenable partout. Le non-remplacement est désormais la norme et touche souvent plusieurs classes au sein d’une même école. Dans certains départements, les mairies mettent en place le service minimum d’accueil normalement prévu en période de grève ; ailleurs des IA-DASEN sont contraints de faire appel à des retraités pour assurer des remplacements ! Cette école n’est plus l’Ecole. »

Pour mettre fin au chaos, l’urgence, c’est la création de postes à la hauteur des besoins et l’arrêt des contre-réformes !

Pour mettre fin au chaos, l’urgence, c’est la création de postes à la hauteur des besoins et l’arrêt des contre-réformes !

Le ministre Blanquer a aggravé le chaos dans les services, les écoles et les établissements scolaires. Les effectifs surchargés, la dégradation des conditions d’enseignement, cela ne semble pas l’alarmer. Il a rendu 75 millions supplémentaires à Bercy cette année, après les 600 millions d’euros des années précédentes.

Les personnels refusent la dégradation des conditions du travail, la casse du statut et de l’Ecole Publique ! Le ministre doit recruter !

Les personnels refusent la dégradation des conditions du travail, la casse du statut et de l’Ecole Publique ! Le ministre doit recruter !

Les personnels sont confrontés quotidiennement au manque de remplaçants et à l’application du nouveau protocole Blanquer qui prévoit de renvoyer les élèves chez eux lorsqu’un enseignant absent n’est pas remplacé.
Comme l’indiquait le SNUDI-FO dans son communiqué du 23 avril : « Pour le SNUDI-FO, il est inadmissible que les collègues doivent accueillir les élèves des collègues absents faute de remplaçants. Il est tout aussi inadmissible de renvoyer les élèves chez eux ! Le ministère doit donc recruter immédiatement ! »

Reprise du 26 avril et consignes inapplicables : le SNUDI-FO écrit à l’Inspecteur d’Académie

Reprise du 26 avril et consignes inapplicables : le SNUDI-FO écrit à l’Inspecteur d’Académie

Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

Comme évoqué avec Monsieur le Secrétaire Général et Madame Leray hier soir par téléphone, nous avons été saisis par des collègues notamment directeurs inquiets quant aux conditions de la reprise demain en raison de la consigne de non brassage et de non répartition des élèves en cas d’enseignant absent.

Refus de créer des postes, de recruter les enseignants nécessaires, de protéger les personnels : le ministre persiste et signe !

Refus de créer des postes, de recruter les enseignants nécessaires, de protéger les personnels : le ministre persiste et signe !

Il y a trois semaines, avant la décision du président Macron de fermer les écoles et de fusionner les trois zones de vacances, les écoles se trouvaient dans une situation chaotique du fait du manque de postes et de personnels pour faire face à la situation et de l’insuffisance des mesures de protection pour les personnels.
A la veille de la rentrée du 26 avril dans les écoles, aucun problème n’est réglé. Le ministre persiste en effet dans son refus de répondre à la moindre des revendications des personnels.