Comité consultatif d’évaluation de l’Ecole : La FNEC FP-FO refuse cette logique territoriale et managériale

Comité consultatif d’évaluation de l’Ecole : La FNEC FP-FO refuse cette logique territoriale et managériale

La FNEC FP-FO a participé à la première séance du comité consultatif mis en place par « le conseil d’évaluation de l’Ecole ». La présidente du conseil d’évaluation de l’Ecole a rappelé ses objectifs : « évaluer en toute indépendance les politiques d’éducation, la méthodologie et son impact » en citant en exemple « les dispositifs d’inclusion mis en place localement ». Elle a rappelé les modalités : auto-évaluation et évaluation externe. Dans un contexte où le ministère crée le chaos avec ses contre-réformes (réforme du lycée et du BAC, réforme des concours qui vide le vivier de candidat, suppression de postes, replacement non-assurés…), demander aux personnels de « s’auto-évaluer » revient à leur demander de s’auto-flageller.

La « refondation » Ndiaye : en débattre ou la combattre ?

La « refondation » Ndiaye : en débattre ou la combattre ?

Le Président Macron a annoncé la mise en place d’un « Conseil National de la Refondation ». C’est au tour du ministre Ndiaye de tenter sa « refondation » de l’Ecole à travers une grande concertation, dès la rentrée prochaine, Le ministre souhaite convoquer les personnels, mais aussi les parents, les élus et les associations, pour « nouer des liens entre le scolaire et le périscolaire. »

Canicule : C’est à l’Etat employeur de prendre les mesures !

Canicule : C’est à l’Etat employeur de prendre les mesures !

Saisi par la FNEC FP-FO mais aussi par l’ensemble des représentants des personnels au CHSCT ministériel sur la situation prévisible liée à la canicule, la réponse des représentants du nouveau ministre n’est pas acceptable. Une première note aux recteurs ne mentionne même pas les personnels. Une seconde de la DGRH se contente de rappeler qu’il faut boire et se tenir au frais et aérer les locaux et renvoie aux documents de l’INRS sur le sujet.

Ecole du « Futur » de Macron à Marseille. Abandon de l’expérimentation et de sa généralisation !

Ecole du « Futur » de Macron à Marseille. Abandon de l’expérimentation et de sa généralisation !

En visite à Marseille le 2 juin, le président Macron, flanqué du nouveau ministre l’Education Ndiaye, a confirmé sa volonté de « généraliser l’expérimentation » de son « école du futur » lancée dans 59 écoles de Marseille. Cette annonce s’inscrit dans la logique des mesures mises en place par l’ancien ministre Blanquer. L’expérimentation Macron-Ndiaye c’est la privatisation des écoles et leur mise en concurrence comme confirmé par une phrase du président Macron.

Redoublements »Commissions d’aide à la prise de décision » ou « commissions de suivi » : non réglementaires !L’avis de l’IEN n’est que consultatif ! Le SNUDI-FO écrit à l’IA-DASEN :

Redoublements »Commissions d’aide à la prise de décision » ou « commissions de suivi » : non réglementaires !L’avis de l’IEN n’est que consultatif ! Le SNUDI-FO écrit à l’IA-DASEN :

Monsieur l’Inspecteur d’Académie, dans votre circulaire en date du 28 février ayant pour objet « progression annuelle des élèves à l’école maternelle et élémentaire », pour les redoublements, vous imposez la tenue de commissions de suivi de la scolarité autrement appelées «commissions d’aide à la prise de décision des maintiens des élèves » dans des circonscriptions.

Retrait de l’expérimentation Macron-Blanquer à Marseille comme ailleurs !

Retrait de l’expérimentation Macron-Blanquer à Marseille comme ailleurs !

En visite à Marseille le 2 septembre, le président Macron a annoncé une expérimentation à Marseille. Dans 50 écoles de la ville, dès la rentrée 2022, les directeurs d’écoles devraient recruter les autres enseignants de l’école et mettre en place des fonctionnements et des rythmes scolaires locaux en lien avec les acteurs extrascolaires. Ce dispositif serait amené à être généralisé.

L’Assemblée vote la proposition de loi Rilhac… Prenons position pour organiser la résistance !

L’Assemblée vote la proposition de loi Rilhac… Prenons position pour organiser la résistance !

La proposition de loi Rilhac a été votée par l’Assemblée nationale le 29 septembre alors que de nombreux collègues manifestaient à l’appel des syndicats SNUDI-FO, SNUipp-FSU, CGT Educ’action, SUD Education pour exiger son abandon. Ce texte constitue un basculement dans le fonctionnement de l’Ecole publique.

Evaluations d’école : une étape clef du Grenelle pour imposer le pilotage par l’évaluation à tous les niveaux

Evaluations d’école : une étape clef du Grenelle pour imposer le pilotage par l’évaluation à tous les niveaux

Dans un document très coloré (l’évaluation des établissements en 12 schémas), le Conseil d’évaluation de l’Ecole (CEE directement issu de la loi Blanquer « pour une école de la confiance » de 2019) affiche la finalité de l’évaluation : « amélioration de la qualité du service public d’éducation et de la vie dans l’établissement ». Le Conseil d’évaluation de l’Ecole préconise une « autoévaluation » et une « évaluation externe ».

Direction d’école : le SNUDI-FO appelle les personnels à se réunir dès la rentrée pour mettre en échec le projet ministériel

Direction d’école : le SNUDI-FO appelle les personnels à se réunir dès la rentrée pour mettre en échec le projet ministériel

Un groupe de travail sur l’organisation des 108 heures dans le cadre des discussions sur la direction d’école s’est tenu le vendredi 2 juillet.
Alors que la réunion se terminait, le représentant du ministre, anticipant le projet de loi Rilhac dont la ratification a été reportée en 2022, a soudainement annoncé aux organisations syndicales qu’un statut d’emploi fonctionnel de directeur d’école était dans les tuyaux pour les directions totalement déchargées et pourrait s’appliquer dès la rentrée 2021 !

Le ministre confirme sa volonté de transformer les directeurs en managers chargés d’évaluer et de recruter les autres enseignants ! Inacceptable ! Préparons la mobilisation !

Le ministre confirme sa volonté de transformer les directeurs en managers chargés d’évaluer et de recruter les autres enseignants ! Inacceptable ! Préparons la mobilisation !

Un groupe de travail ministériel sur la direction d’école a eu lieu lundi 21 juin. D’entrée, les représentants du ministre ont précisé que « tout était déterminé par l’arbitrage interministériel » et qu’ils n’avaient donc aucune annonce précise à faire en termes d’amélioration des décharges ou d’augmentation de la rémunération.

La proposition de loi Rilhac sur la direction d’école passe au Sénat INAMENDABLE !

La proposition de loi Rilhac sur la direction d’école passe au Sénat INAMENDABLE !

Depuis des années, la charge de travail imposée aux directeurs par le ministre et ses représentants, au mépris du décret de 1989 sur la direction d’école qui détermine précisément leurs missions, ne fait que s’accentuer. Avec la crise sanitaire, les protocoles successifs à mettre en œuvre, les ordres et les contrordres, ces injonctions sont devenues insupportables pour les directeurs.

Synthèse du « Grenelle » de Blanquer : territorialisation, autonomie, déréglementation, ça suffit !

Synthèse du « Grenelle » de Blanquer : territorialisation, autonomie, déréglementation, ça suffit !

Le ministère de l’Education nationale a publié la synthèse des « ateliers du Grenelle de l’Education ». La FNEC FP-FO a considéré dès le départ que le cadre fixé par le ministre dans ces ateliers (tables rondes d’« experts » auto-proclamés, présence de la « société civile »…) ne permettait pas de représenter les personnels dans des conditions acceptables.

Mise en place du « statut » de directeur d’école : les pièces du puzzle s’assemblent

Mise en place du « statut » de directeur d’école : les pièces du puzzle s’assemblent

Alors que la proposition de loi Rilhac sur la direction d’école, votée à l’Assemblée Nationale le 24 juin dernier et en attente d’être examinée au Sénat, indique que le directeur « n’exerce pas d’autorité hiérarchique sur les enseignants de son école », elle pose néanmoins les jalons d’un « statut » de directeur d’école, rejeté par l’ensemble des personnels.

Troisième groupe de travail sur la direction d’école : à nouveau le ministre ne répond pas à l’urgence des revendications !

Troisième groupe de travail sur la direction d’école : à nouveau le ministre ne répond pas à l’urgence des revendications !

Dans le cadre de l’Agenda social, les organisations syndicales étaient réunies le mercredi 7 octobre, pour la 3 ème fois depuis septembre, afin d’aborder les missions et les responsabilités des directeurs/directrices d’école en lieu et place de la discussion sur une éventuelle augmentation indemnitaire et sur l’augmentation des décharges.

Direction d’école : une circulaire qui ne répond pas aux revendications légitimes et qui anticipe le projet de loi Rilhac !

Direction d’école : une circulaire qui ne répond pas aux revendications légitimes et qui anticipe le projet de loi Rilhac !

Une circulaire sur les fonctions et les conditions de travail des directeurs et directrices d’école est parue au BO du 27 août.

Bien loin de répondre aux demandes sur la direction d’école en termes de décharges statutaires, d’indemnités, d’aide administrative et d’allègement réel des tâches, cette circulaire met déjà en place les jalons du projet de loi Rilhac, actuellement en discussion au Parlement, qui vise à rendre autonome les écoles et à faire des directeurs les simples exécutants de la politique éducative décidée au conseil d’école, dans lequel les enseignants sont minoritaires.

Nul besoin de cette proposition de loi, nul besoin d’emploi fonctionnel pour répondre aux revendications des personnels !

Nul besoin de cette proposition de loi, nul besoin d’emploi fonctionnel pour répondre aux revendications des personnels !

En pleine crise sanitaire, une proposition de loi créant un emploi fonctionnel de directeur-directrice d’école est actuellement étudiée à l’assemblée nationale. Elle vise à modifier en profondeur le rôle et les missions du directeur-directrice et donc le fonctionnement de l’école.