Mobilisation AESH pour l’amélioration des salaires et la création d’un véritable statut, contre les PIAL et la précarité.

Mobilisation AESH pour l’amélioration des salaires et la création d’un véritable statut, contre les PIAL et la précarité.

L’intersyndicale nationale CGT éduc’action, FNEC-FP-FO, FSU, SNALC, SNCL-FAEN, SUD éducation appelle à une nouvelle journée de grève le 3 juin pour obtenir satisfaction aux revendications légitimes des AESH pour l’amélioration des salaires et la création d’un véritable statut, contre les PIAL et la précarité.   Plus d’informations ici

Le 3 juin : mobilisation AESH pour l’amélioration des salaires et la création d’un véritable statut, contre les PIAL et la précarité.

Le 3 juin : mobilisation AESH pour l’amélioration des salaires et la création d’un véritable statut, contre les PIAL et la précarité.

L’intersyndicale nationale CGT éduc’action, FNEC-FP-FO, FSU, SNALC, SNCL-FAEN, SUD éducation appelle à une nouvelle journée de grève le 3 juin pour obtenir satisfaction aux revendications légitimes des AESH pour l’amélioration des salaires et la création d’un véritable statut, contre les PIAL et la précarité.

POUR un statut pour tous les personnels, CONTRE le démantèlement de l’enseignement spécialisé, POUR l’abandon des PIAL

POUR un statut pour tous les personnels, CONTRE le démantèlement de l’enseignement spécialisé, POUR l’abandon des PIAL

Alors que les AESH (Accompagnants des Elèves en Situation de Handicap) seront en grève à l’appel de la FNEC FP-FO, FO Enseignement Agricole, la FSU, la CGT éduc’action, SUD éducation, le SNALC, le SNCL-FAEN, le jeudi 3 juin 2021 et qu’un décret « coopération » poursuivant une politique inclusive sans moyens ni expertise systématique passera en CNOSS (Comité National de l’Organisation Sanitaire et Sociale) mardi prochain ; les fédérations FAGE-FO, FNAS-FO, FNEC-FP FO et FSPS-FO font le constat que les moyens mis au service de la scolarisation des élèves en situation de handicap sont loin d’être à la hauteur des besoins.

Refus de créer des postes, de recruter les enseignants nécessaires, de protéger les personnels : le ministre persiste et signe !

Refus de créer des postes, de recruter les enseignants nécessaires, de protéger les personnels : le ministre persiste et signe !

Il y a trois semaines, avant la décision du président Macron de fermer les écoles et de fusionner les trois zones de vacances, les écoles se trouvaient dans une situation chaotique du fait du manque de postes et de personnels pour faire face à la situation et de l’insuffisance des mesures de protection pour les personnels.
A la veille de la rentrée du 26 avril dans les écoles, aucun problème n’est réglé. Le ministre persiste en effet dans son refus de répondre à la moindre des revendications des personnels.

8 avril : des milliers d’AESH avec les enseignants et les parents exigent la satisfaction des revendications !

8 avril : des milliers d’AESH avec les enseignants et les parents exigent la satisfaction des revendications !

Malgré les restrictions de nos libertés, plus de 1000 à Paris, 500 à Tours, 250 à Lyon, 100 à Toulouse, 70 à Avignon, 60 à Pau, 50 à Beauvais, 40 à Bourg-en-Bresse, 50 à Saint-Etienne, 50 à Mont-de-Marsan, 50 à Laval, 40 à Nantes…
Malgré le confinement et les restrictions, sur l’air des Gilets jaunes, les AESH, les enseignants, les parents d’élèves, ont scandé, dans la rue, leurs revendications.

AESH : pour un vrai salaire et un vrai statut !

AESH : pour un vrai salaire et un vrai statut !

Le 26 janvier, les AESH, aux côtés des autres personnels de l’Éducation, se sont mobilisés pour leurs revendications. Dans les réunions FO (Lyon, Bobigny, Évry…) les AESH sont nombreux et c’est la colère qui s’exprime. Les AESH sont en première ligne. Les AESH vivent dans la précarité, aggravée par les PIAL. Les AESH exercent de vraies missions, ils veulent un vrai statut et un vrai salaire. Comme les personnels de la fonction publique hospitalière, ils veulent immédiatement 183€ d’augmentation indiciaire !