Parcoursup et « Bac Blanquer » : une arme de guerre contre le baccalauréat et les études supérieures

Parcoursup et « Bac Blanquer » : une arme de guerre contre le baccalauréat et les études supérieures

À en croire les communiqués du ministère de l’enseignement supérieur, tout va pour le pour le mieux dans le meilleur des mondes pour les bacheliers. Le tournis des chiffres contribue à l’illusion : ainsi, à propos de la procédure de l’an dernier : « 17 123 formations […] ont formulé 3,4 millions de propositions d’admission, soit en moyenne plus de 3 propositions par candidat ».

Est-ce le virus qui a liquidé le baccalauréat ?

Est-ce le virus qui a liquidé le baccalauréat ?

Le ministre vient d’annoncer la généralisation du contrôle continu pour les baccalauréats général, technologique, professionnel et le diplôme national du brevet. Certes, la situation est exceptionnelle et tout le monde est contraint de s’y adapter. Mais peut-on accorder le moindre crédit au ministre quand il parle de son attachement à la valeur des diplômes, alors même qu’il décide de maintenir sa réforme du baccalauréat et les E3C, rejetées par la majorité ?